AVE MARIA POUR MA MAMAN SYLNISE GUILLAUME SYLNE

                                                    AVE MARIA POUR MAMAN

Elle était toute seule,  partie,

partie pour l'Eternité, vers l'infini.

Elle pleurait cette nuit n'ayant à ses cotés, personne,

personne pour la consoler cette pauvre Madone.

Elle titubait, elle cherchait son chemin dans la noirceur,

point d'amis, point d'enfants, elle mourait de douleurs.

Cette Sulnise de beauté, cette vaillante femme à peau d'ébène,

 tombait cette nuit-là en cherchant sa route sans nous,

elle était partie vers son dernier rendez-vous.

Nous perdions notre maman avec beaucoup de peines.

C'était le grand coup sur notre tête tombé,                                                                                        qui de nous pour toujours notre vie changeait .

Les ombres méchantes poussaient maman vers sa mort,

nous étions tous frappés, surpris  par ce triste sort.

Cette perte subite laquelle nous ne nous attendions même pas

nous transpercait le coeur à la rigueur de ce  grand trépas.

Il ne restait de notre Maman que les souvenirs des temps passés.

Elle était partie toute simple, seule, angoissée.

Manman nous dorlotait si tant  de ses tapes, son sourire.

Elle nous choyait avec ses histoires, couchés sur ses jambes maternelles,

les jolis contes de Camp-Perrin, de Levy, de Bouki, de Malice à en mourir.

Nous ne saurions oublier cette fontaine attendrissante la plus  belle.


Elle était partie, dis-je, cette Perle, notre jolie Maman à nous

comme nous l'en dirions, chantions toujours chez nous.

Manman était gracieuse, la plus ravissante de ce monde,

Elle était plus qu'adorable, une géante, une  fleur.

Elle était nos joies, une femme de substance en qui l'amour abonde.

Elle nous faisait, nous façonnait, elle nous dorlotait avec ardeur...


Nul ne sait le prix d'une Mère de ma Maman...

car ni l'argent, ni l'or, pas même le diamant

ne sauraient en aucune part lui être comparés.

Une Maman est trop chère pour la compenser. 

O enfer, ô Paradis en pourriez-vous contenir cette Dame vêtue de blanc?

Si pouvoir m'était donné j'irais d'amblée  jusques à vos portes

où que vous soyez  la  ravir afin de la soustraire à  main forte

pour la contempler encore une fois au fil de mes ans.

O Hadès, aussi méchant que tu sois, donnes-nous encore notre maman.  

Ecoutez cieux, terre, mer, firmamant. 

Où en est-elle maintenant?  nous sommes à elle ses enfants.

Où sont-ils passés les souvenirs de cette vaillante femme                                                                                                de qui, encore dans nos coeurs, nous portons la vivante flamme?                                                                              Nous sommes venus l'introniser, chanter pour elle notre "Ave Maria" ,                                                             écho sonore de notre reconnaissance, de notre foi.                                                                                                      Nous voulons re-semer ses cendres aux champs éternels                                                                                                de Levy, de Camp-Perrin, de Chantilly, de Kounoubwa au cri de nos ritournelles,                                             là où les oiseaux du ciel survoleront cette stalle, cette grande  cimetière                                                                    où elle repose aujourd'hui toute sereine avec les notes de nos alleluiahs sonores,                                        hymne d'allégresse qui pour jamais conservera la fraicheur de son corps.


Manman je veux te chanter, te célébrer jolie fleur du mois de mai,

symbole d'amour,  rose mystique qui ne saurait jamais être fânée. 

A l'orée de ce bosquet où tu t'endors là-bas dans cette Campérinoise pépinière

là où les petites cloches de Sainte Anne chaque jour, de plus fortes, carillonnent

annonçant ton réveil  matinal toutes joyeuses dans cette lointaine Lamartinière:

 Je salue ton charme, ta tendresse aui encore de tout mon être rayonnent.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Maman, Tu es bien là où que tu es avec de ta Foi les Anges de Dieu,

là où la méchanceté humaine ne saurait plus escamoter ta joie,

là où les larmes de douleurs, de peines en sècheront à jamais de tes yeux,

car dans la vie ce phénomène qu'on appelle la Mort n'arriverait qu'une seule fois. 

Tu allais vers ton Dieu en paix avec nos cris, nos chagrins, sans nous.                                                                                                                                                                                                                                                                                               Et nous attendons encore le jour de te joindre à ce grand rendez-vous                                                                                                                                                                                                                                                                                               pour raconter avec Toi l' histoire de tes onze orphelins laissés derrière.                                                                                                                                                                                                                                                                                            Nous irons même jusqu'aux enfers briser toutes les barrières                                                                                                                                                                                                                                                                                                               pour nous tenir debout devant le Grand Juge Suprême l' Eternel.                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Et L'heure de ta délivrance à cette place sonnera encore de plus belle.

On en saura enfin la vérité sur bien des histoires,

mystères de tes peines, de tes souffrances encore cachées dans le noir.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    En présence de la Majesté Suprême, nous parlerons pour Toi, et pour Papa.                                                                                                                                                                                                                                                                                Nous soumettrons la tête haute notre cas devant le Grand Maitre-Jehovah.                                                                                                                                                                                                                                                                                 Nous raconterons les âffres de notre vie escamotée par la malfaisance humaine                                                                                                                                                                                                                                                                    où le tort brisait nos reins qui, autrefois, nous conduisait à de dures peines.

Tu avais tout fait afin nous encadrer, nous protéger sous tes ailes.

Et tu remportais la victoire sur les méchants toute sereine, toute belle.

Au Consistoire Divin nous présenterons notre cas la tête bien haute

sans broncher, à notre fâçon , sans aucune faute.

Le Tribunal Céleste sera prêt à entendre notre plaidoirie.

"Il y aura des pleurs et des grincements de dents".

La délivrance frappera à nos portes de tous nos maux d'antan.

Justice sera faite et ce sera pour nous un jour de victoire et de gloire infini.


 Jean-Renaud, Lina, Marie-Claude, Marie-Yolette, Anne-Rose, Marcelle-Andrée,

Marguerite-Maude, Francois-Gaston II, Francois -Similien, nous tous enfin,                                                                                                                                                                                                                                                                       joints  à Esther, Jeannette, Marcelle,  Jean-Marie et Papa aux porte de l'Eternité,

venons nous adresser à la Grandeur Universelle, et nous accuserons à toutes fins...

Oh oui, des noms seront cités, ceux de ces assassins, de ces voleurs, de ces pervers 

qui nous ont privés de notre bonheur, de notre Papa sur cette terre.

Ils l'ont assassiné, massacré comme un agneau jeté à l'abattoir pour rien,

sans explication aucune de ces vauriens, pilleurs des grands chemins.

Et personne n'aura plus le droit de nous demander de nous taire.

Nous en parlerons pour de vrai de leurs forfaits, de leurs méchancetés.

Notre éloquence  frappera aux tympans de tous les dieux sâles de la terre en toute vérité,

leurs sales besognes seront dénoncées des années passés et de juillet 63                                                                                                                                                                                                                                                                                          quand de tes larmes chaudes avec nous tu pleurais Papa. 

Tu n'avais en ce temps-là ni amis, ni personne pour t'aider et nous défendre.

Tu avais seulement nos pleurs, nos cris qui, de tes seins émus, ne faisaient que te pourfendre.

Ils y enfonçaient sans nul regret leurs leurs dargues, leurs poignards.

Ils ont terminé les espérances de nos vies enfantines en un seul triste soir.

Manman, Manman, avec nous à ta perte, ne fait que commencer ta Romance,                                                                                                                                                                                                                                                                               ô Toi Femme d'amour, tendre, symbole de toutes abondances.

Nou te chérissons, nous t'adorons, tu es notre foi.

Nous entendons encore dans nos coeurs chuchoter ta douce voix

pleine de  mélodies qui nous poussent vers ton immense tabernacle,

là où tu te couches avec cette poignée de terre légère sur ta poitrine,

symbole de ton martyre, de ton élégance, de tes charmes, de tes oracles

mélangée de mélancolies, de tristesse, de tes peines assassines.

Ma plume n'a pas assez d'encre, mes vers assez de pieds pour te présenter

en toute humilité mon AVE MARIA de beautés toute parfumée

sous les projecteurs de ce Paradis béni que je ne connais pas encore.   

Et j'en voudrais braver cieux, terres, océans, et même mort

entouré d'Anges, de tes enfants à venir la déposer dans tes bras

comme une lampe  éternelle lâ où maintenant que tu sois...                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

                                                                                                          Jean-Renaud Guillaume

                                                                                                          Docteur-ès-lettres, Droits & Théologie                                                                                                                                                          

Ce poême est dédié à tous mes soeurs et frères  Lina, Yolette, Anne-Rose, Marcelle-Andrée, Maude, Marie-Claude, Francois-Gason II, Francois Similien qui ont si tant pleuré avec moi et sucé le sein savoureux et doux de SULNISE, à tous mes neveux et niêces, cousins et cousines, oncles et tantes, à toute la famille GUILLAUME, SYLNE, LASSEGUE, NEY, Mésidor, Alexander, Alexandre, Delaire.                                       NOUS NOUS NOUS EN SOUVIENDRONS TOUJOURS.