AVE MARIA POUR MA MAMAN SYLNISE GUILLAUME SYLNE

                                                    AVE MARIA POUR MAMAN

Elle était toute seule partie,

partie pour l'Eternité, vers l'infini.

Elle pleurait cette nuit n'ayant à ses cotés, personne,

personne pour la consoler cette pauvre madone.

Elle titubait, elle cherchait son chemin dans la noirceur,

point d'amis, point d'enfants, elle mourait de douleurs.

Cette Sulnise de beauté, cette vaillante femme à peau d'ébène,

 tombait en cherchant sa route sans nous,

elle était partie vers son dernier rendez-vous.

Nous perdions notre maman avec beaucoup de peines.

C'était le grand coup sur notre tête tombé                                                                                                                                                           qui de nous pour toujours notre vie changeait .

Les ombres méchantes poussaient maman vers sa mort,

nous étions tous frappés par ce triste sort.

Cette perte subite laquelle nous ne nous attendions même pas

nous transpercait le coeur à la rigueur de ce  grand trépas.

Il ne restait de notre Maman que les souvenirs des temps passés.

Elle était partie toute simple, seule, angoissée.

Manman nous dorlotait si tant  de ses tapes, son sourire.

Elle nous choyait avec ses histoires, couchés sur ses jambes maternelles,

les jolis contes de Camp-Perrin, de Levy, de Bouki, de Malice à en mourir.

Nous ne saurions oublier cette fontaine attendrissante la plus  belle.


Elle était partie, dis-je, cette Perle, notre jolie Maman à nous

comme nous l'en chantions toujours chez nous.

Manman était gracieuse, la plus ravissante de ce monde,

Elle était plus qu'adorable, une géante, une  fleur.

Elle était nos joies, une femme de substance en qui l'amour abonde.

Elle nous faisait, nous façonnait avec ardeur...


Nul ne sait le prix d'une Maman.

Ni l'argent, ni l'or, pas même le diamant

ne sauraient en aucune part lui être comparés.

une Maman est trop chère pour la compenser. 

O enfer, ô Paradis en pourriez-vous contenir notre maman?

Si pouvoir nous était donné nous irions jusques à vos portes

où que vous soyez  la  ravir afin de la ramener à  main forte

afin de la contempler encore une fois à jamais, à jamais au fil des ans.

O Hadès, aussi méchant que tu es, donnes-nous encore notre maman.  

Ecoutez cieux, terre, mer, firmamant, nous sommes-là encore vivants. 

Nous nous en foutons pas mal de vos méchancetés, nous en sommes ses enfants.

Nous savons qu'un jour vous passerez mais les souvenirs de cette femme

resteront en nous tous comme un flambeau, une immortelle flamme.


De nos parterres, à jamais, nous planterons pour elle, in memoriam,                                                                                                                                                                                                                                                                                                 l'arbre éternel parfumé de mélodies, de notre Requiem eternam,

Cet "Ave Maria " resonnera de tous les cieux à tous alentours.

Les cendres parfumées de Maman cimenteront les parvis aurifères

de Levy, de Camp-Perrin, de Chantilly, de ce Kounoubwa de nos amours

là où les oiseaux du ciel survoleront la plâce, cette grande  cimetière

 où Maman reposes aujourd'hui avec nos alleluiahs sonores,

hymne d'allégresse qui pour jamais conservera la fraicheur de son corps.


Manman je te chante, je te célèbre, jolie fleur du mois de mai,

symbole d'amour,  rose mystique qui ne saurait jamais se  fâner. 

A l'orée de ce bosquet ou tu t'endors là-bas, dans cette pépinière,

chaque matin les petites cloches de Sainte Anne carillonnent

pour annoncer un jour ton réveil joyeux dans cette Lamartinière

au paysage verdoyant où ton charme, ton sourire encore rayonnent.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Maman, Tu es bien là où que tu es avec les anges de Dieu,

là où la méchanceté humaine ne saurait plus escamoter ta joie,

là où les larmes de douleurs, de peines en sècheront à jamais de tes yeux,

car dans la vie ce phénomène de mort n'arrive qu'une seule fois. 

Tu allais vers ton Dieu avec nos cris, nos chagrins, sans nous.                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Nous attendons encore le jour de te joindre à ce grand rendez-vous                                                                                                                                                                                                                                                                                                   pour raconter l' histoire de tes onze orphelins laissés derrière.                                                                                                                                                                                                                                                                                                             Nous irons même jusqu'aux enfers briser toutes les barrières                                                                                                                                                                                                                                                                                                               pour nous tenir debout devant le Grand Juge Suprême et Eternel.                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Et L'heure de ta délivrance à cette place sonnera de plus belle.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       En présence des grands, nous parlerons pour Toi, et pour Papa,                                                                                                                                                                                                                                                                                                        nous soumettrons la tête haute devant Dieu notre cas.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Nous raconterons l'histoire de notre vie escamotée par la malfaisance humaine                                                                                                                                                                                                                                                                    où le mal brisait nos reins, autrefois nous poussait à de dures peines.

Au Consistoire Divin nous présenterons notre plaidoirie très forte, bien façonnée.

Et nous la dirons pour Toi à notre fâcon sans broncher

devant ce Trône majestueux où la Grâce abonde pour ta défense.

Justice sera faite, nous ouvrirons pour toi les volets de ta délivrance.

Elle sera sérieuse, le marteau éternel frappera aux consciences de ces pervers.

 Renaud, Lina, Marie-Claude, Marie-Yolette, Anne-Rose, Marcelle-Andrée,

Maude, Francois-Gaston, Francois -Similien seront là debout tous fiers                                                                                                                                                                                                                                                                          ensemble avec les autres qui nous devançaient  vers l'Eternité.

Nous parlerons à la Grandeur Universelle, et nous accuserons.

Des noms seront cités, de ces assassins, de ces voleurs, de ces cons 

qui nous ont privés de notre bonheur, de notre Papa sur terre.

Et personne là-bas n'aura plus le droit de nous demander de nous taire.

Nous accuserons, nous en dirons beaucoup de leurs méchancetés.

Notre éloquence  frappera aux tympans de ces sales dieux en toute vérité,

de leurs sales besognes des années passés et de juillet 1963                                                                                                                                                                                                                                                                                                        quand de tes larmes chaudes avec nous tu pleurais Papa. 

Tu n'avais en ce temps-là ni amis, ni personne pour t'aider et nous défendre

sinon nos pleurs de tes seins émus qui ne faisaient que te pourfendre.

Ces vauriens en ton coeur enfonçaient leurs poignards , ils assassinaient Papa,

quand les vilains taisaient nos voix cloués tous à nos abois.

Manman, Manman, avec nous, ne fait que commencer ta Romance,                                                                                                                                                                                                                                                                                                   ô Toi Femme d'amour tendre, pleine d'abondances.

Nou te chérissons, nous t'adorons, tu es notre foi,

Nous entendons toujours dans nos coeurs ta douce voix.

Et notre mélodie ne fait que commencer dans ton tabernacle.

Là où tu te couches avec cette poignée de terre légère sur ta poitrine,

symbole de ton martyre, de ton passé,  de tes oracles

Nous chantons ta mélancolie, ta tristesse, tes peines assassines.


Ma plume n'a pas assez d'encre pour Te dépeindre.

Mes vers n'ont pas suffisamment de pieds pour te chanter

sous les projecteurs éternels du Paradis, humblement prosterné

je veux survoler, braver cieux, les océans, les terres afin de  t'atteindre

pour t'offrir avec les  chérubims mon bouquet d'AVE MARIA

qui, comme une étoile, comme une lampe immortelle, de Toi brillera.                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

                                                                                                         Dr. Jean-Renaud Guillaume, LL.D, D.TH

                                                                                                          Docteur-ès-lettres, Droits & Théologie                                                                                                                                                          

Ce poême est dédié à tous mes soeurs et frères  Lina, Yolette, Anne-Rose, Marcelle-Andrée, Maude, Marie-Claude, Francois-Gason II, Francois Similien qui ont si tant pleuré avec moi et sucé le sein savoureux et doux de SULNISE, à tous mes neveux et niêces, cousins et cousines, oncles et tantes, à toute la famille GUILLAUME, SYLNE, LASSEGUE, NEY.        NOUS NOUS EN SOUVIENDRONS.